Insupportables fins...

Je suis sans doute vieux jeu : je ne supporte pas les fins. Qu'il s'agisse d'un film, d'un roman ou d'un séjour, d'un dossier, d'un siècle ou d'un amour, les fins me blessent bien plus qu'il ne faudrait. J'ai beau tenter de me contrôler, me dire que certaines fins ne sont que d'apparence, de façade, que derrière la cassure éphémère se cachent, prêtes à jaillir, les forces du renouveau, rien n'y fait : elles me laissent amputé à jamais.

Eric Halphen, in Sept Ans de Solitude, lignes que j'aurais pu moi-même écrire...

Guillaume Vialet

Author: Guillaume Vialet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Aucune annexe



À voir également

Il faut vraiment être tordu pour pirater

Je prends le cas de la musique, qui est clairement très largement en avance sur sa révolution...

Lire la suite

Les majors du disque ne sont pas stupides

Et si, plu­tôt que de croire que les majors sont stu­pides, on se fai­sait à cette idée : elles ne...

Lire la suite