Vialet Point Org

Blog personnel de Guillaume Vialet : Web, e-mailing, lutte contre le spam, personal data, musique numérique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Main basse sur le landrush des .FR

La société 4X, spécialisée dans la revente de noms de domaine, a réservé de très nombreux noms de domaine de deux caractères encore disponibles ce matin à quelques minutes de leur mise en vente à 129 euros HT.

Capture d'écran du site 4x

Beaucoup d'internautes ont constaté avec dépit ce midi que le nom de domaine .FR de deux caractères qu'ils convoitaient n'était plus disponible avant même le début de la nouvelle phase de landrush organisée par l'AFNIC, le bureau de gestion de ce ccTLD (quand bien même il l'était à 11h).

Du bureau d'enregistrement Cantal Digital...

Whois nom de domaine FRLe nom de domaine que je convoitais personnellement a été déposé à 11h50 via le bureau d'enregistrement Cantal Digital au profit de la société 4x.

Caputre d'écran des mentions légales du site Cantal DigitalEn réalité, plusieurs bureaux tous domiciliés à la même adresse et appartenant à la même personne, M. Tristan Colombet, ont procédé au dépôt de très nombreux noms de domaine .FR de deux caractères encore disponibles avant 12h.

Ces bureaux sont notamment : Cantal Digital, Haute-Loire Registrar, Allier Connecté ou Puy de Domaîne (sic).

Toutes sont domiciliées chez SCI T Colombet, 22 Allée Alan Turing à Clermont-Ferrand.

...à la place de marché 4X SAS

Tous ces registrars ne semblent servir que les intérêts de la place de marché 4x.fr, propriété elle aussi de M. Tristan Colombet et hébergée à la même adresse.

Sans intervention de la part de l'AFNIC, tous les noms de domaine devraient réapparaitre sous peu sur cette place de marché afin d'être « revendus » bien plus chers que les 129 euros demandés initialement.

Tweet de l'AFNIC

Selon l'AFNIC qui a réagi ce midi suite à différentes plaintes formulées sur les réseaux sociaux, tout domaine réservé avant midi sera facturé 5 000 euros HT.

L'intéressé aura donc trouvé un moyen de déposer avant l'heure plusieurs noms de domaine mais facturables 129 € HT, sans quoi l'opération serait un fiasco financier.

Le fin mot de l'histoire devrait nous être révélé vers 15h, l'AFNIC ayant décidé de publier un communiqué de presse à ce sujet sur son site.

A suivre, donc.

Mise à jour à 15h : Voici le communiqué de l'Afnic publié à 15h :

(...) Dans le dernier quart d'heure de la période de tarification à 5000 euros HT par nom de domaine, l'Afnic a cependant constaté un emballement des enregistrements (plus de 300).

Nous enquêtons actuellement auprès des bureaux d'enregistrement ayant procédé à ces demandes afin de nous assurer qu'ils ont bien provisionné ces dépenses importantes, qui permettront d'alimenter la nouvelle fondation Afnic pour la solidarité numérique.

Une telle opération, si elle avait été commise sans la volonté de s'acquitter des sommes dues, représenterait une entrave à l'équitable accès de tous à ces noms de domaine. Si tel était le cas, l'Afnic prendrait des disposition immédiates, d'une part pour sanctionner les bureaux d'enregistrement fautifs, d'autre part, pour remettre à disposition ces noms de domaines indument réservés.

Nous vous tiendrons informé des développements d'ici mardi 10 mars, midi.

Mise à jour au 10/03/2015 : la sanction est tombée, l'Afnic interdit aux bureaux d'enregistrement créés pour les besoins de la place de marché de noms de domaine 4x de participer à la remise à disposition de quelques 311 noms de domaine .FR de deux lettres déposés par erreur entre 11h30 et 11h59 le 9 mars dernier.

Voici le communiqué publié sur le site de l'Afnic :

L'Afnic a détecté un emballement des enregistrements dans la demi-heure précédent le passage en phase de facturation à 100 euros HT, soit entre 11h30 et 11h59.

Suite à une enquête auprès des bureaux d'enregistrement ayant procédé à ces demandes, l'Afnic constate que 311 noms de domaine ont été enregistrés au tarif de 5000 euros HT avant le passage à la tarification à 100 euros HT, et que les bureaux d'enregistrement contactés indiquent qu'il s'agit d'une erreur technique.

Étant donné que ces dépôts représentent une entrave évidente de l'accès à tous à l'enregistrement de ces noms de domaine, ils feront l'objet d'une mise à disposition spécifique le mercredi 11 mars à 15h (heure de Paris). La liste des noms de domaine concernés sera publiée sur le site de l'Afnic avant 19h ce jour mardi 10 mars 2015.

De plus, cet incident ayant perturbé le bon déroulement du programme d'ouverture des 1&2 caractères, l'Afnic a pris la décision de sanctionner les bureaux d'enregistrement concernés en procédant, à compter de ce jour, à la suspension de leur contrat d'enregistrement jusqu'au mardi 17 mars à 16h (heure de Paris), les excluant de fait de la participation à la fin de l'ouverture des noms de domaine en 1 et 2 caractère(s).

Guillaume

Auteur : Guillaume

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire

Gab Gab ·  10 mars 2015, 19h17

Malheureusement le problème ne s'arrête pas à ces 311 domaines, la même chose se reproduira demain et l'internaute lambda que nous sommes n'aura aucune chance d'acquérir un nom. Plusieurs personnes possèdent des registrars et les utilisent pour balancer des requêtes automatiques à l'AFNIC à la minute d'ouverture, on peut pas lutter. Tristan Colombet n'est qu'une partie du problème.

J'ai dénombré 399 domaines enregistrés hier par Tristan Colombet, par l'intermédiaire de ses registrars 4X SAS, ALLIER CONNECTE, APPEND RHONE, CANTAL DIGITAL, Eefficiency, HAUTE LOIRE REGISTRAR, INOVAA SARL, PUY DE DOMAINE. S'il a d'autres registrars, ou si tous ne sont pas tous suspendus, il pourra recommencer demain et tout enregister à 15h pile.

Mis à part Tristan Colombet il y a aussi Pierre Achache et Mehdi Ghaoui, qui à eux deux ont enregistré hier au moins 128 domaines en deux minutes avec leurs registrars ALCOTECH, ECOMMERCE SARL, EUROPE BUREAU, FB Sàrl, INTERNET SARL, NETKREA, NEXTHAL, OR, OXONE TECHNOLOGIES. S'ils ne sont pas suspendus eux aussi pourront recommencer demain, tous les noms seront enregistrés dans la minute et on n'aura aucune chance d'en avoir un.

Le lien entre ces registrars, Pierre Achache et Mehdi Ghaoui n'est pas évident tout de suite, j'ai fait des recherches. Pierre Achache est président de ALCOTECH, FB Sàrl et OXONE TECHNOLOGIES. Tous les noms enregistrés chez FB Sàrl hier (une quinzaine) ont été enregistrés à midi pile par Mehdi Ghaoui. L'adresse indiquée par Mehdi Ghaoui dans le Whois est le 1 rue Alfred de Musset, Grenoble. C'est la même adresse que celle des registrars NEXTHAL et OR.

Par ailleurs tous les noms enregistrés hier chez ALCOTECH, ECOMMERCE SARL, EUROPE BUREAU, INTERNET SARL, NETKREA, et OXONE TECHNOLOGIES ont été enregistrés avec les coordonnées de contact de FB Sàrl.

Les registrars ECOMMERCE SARL et INTERNET SARL ont la même adresse (34 Avenue de la Bruyère, Grenoble là encore) et n'ont pas de site internet, donc Pierre Achache et/ou Medhi Ghaoui doivent en être sûrement les propriétaires pour être capables d'enregistrer des noms de domaine par leur intermédiaire. NETKREA a un site internet, sur lequel il n'est pas possible d'acheter des noms de domaine, donc là encore une conclusion similaire s'impose.

FB Sàrl était anciennement nommée TOP 5 DOMAINER Sàrl (cf http://www.moneyhouse.ch/fr/u/fb_sa...)

Il faudrait que l'AFNIC mette en place des mesures pour éviter ce genre de situation. En l'état 99% des noms .fr à 1 et 2 caractères vont se retrouver entre les mains de deux ou trois "domainers", qui vont les squatter pour les revendre à prix d'or par la suite. Tandis que ceux qui voulaient enregistrer un nom pour l'utiliser n'en auront pas l'occasion.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Vie privée

Vers plus de protection de nos données

Deux annonces sont tombées coup sur coup qui vont dans le sens d'un renforcement de la protection des données personnelles : la gratuité de la liste rouge signant la fin de Pacitel et un renforcement de la loi Informatique et libertés.

Lire la suite

adblock-plus.jpg

Adblock Plus et les régies publicitaires

Billet-réponse au débat qui a opposé Kai Recke, responsable juridique d'Eyeo, éditeur d'Adblock Plus et Cyril Zimmermann, président d'Hi-Media et à l'article écrit par Frédéric Montagnon, fondateur de Secret Media.

Lire la suite