Vialet Point Org

Blog personnel de Guillaume Vialet : Web, e-mailing, lutte contre le spam, personal data, musique numérique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Adblock Plus et les régies publicitaires

Billet-réponse au débat qui a opposé Kai Recke, responsable juridique d'Eyeo, éditeur d'Adblock Plus et Cyril Zimmermann, président d'Hi-Media et à l'article écrit par Frédéric Montagnon, fondateur de Secret Media.

adblock-plus.jpg

Je pense que deux visions radicalement différentes du Web s'opposent à travers le débat maintenant récurrent des adblockers qui condamneraient à terme les sites de contenu en accès libre en bloquant systématiquement la publicité qui les fait vivre.

Les sites qui proposent « gratuitement » du contenu financé par de la « publicité » qui n'en est plus vraiment (je m'expliquerai) ne sont qu'une toute petite partie d'un tout qui s'appelle World Wide Web.

Ce Web répond à des standards définis de longue date et reposent sur le principe d'un serveur qui délivre du contenu à la demande d'un client.

Violation de la propriété intellectuelle.

Au milieu des années 90, lorsque la connexion au Web se faisait avec des modems 2.400 kbps, il n'était pas rare de couper le téléchargement des images afin de gagner en vitesse de chargement d'une page.

Autrement dit, le client est maître du traitement de ce qu'il reçoit d'un serveur : il peut en faire ce que bon lui semble, comme arrêter le chargement, exclure l'exécution de scripts, bloquer des images ou des contenus gérés via des plugins, etc.

C'est l'essence même du Web.

Certains sites proposent donc du contenu en partie ou totalement financé par de la publicité. Cette publicité fait vivre ces sites et permettent d'avoir accès à des contenus éditoriaux, de la musique, des vidéos, etc.

Cette publicité est à bien des égards différentes de celle que l'on subit qui dans le métro, qui à la télévision ou à la radio pour reprendre l'exemple utilisé dans ce débat.

La radio émet un message publicitaire de manière totalement linéaire qui vient interrompre l'écoute d'une émission. Elle ne connaît rien de son auditeur ni s'est capable de s'adapter automatiquement à l'audience, en dehors de la thématique de la station radio ou du programme diffusé. La publicité ne vous suivra pas sur d'autres fréquences radios ni ne cherchera à vous envoyer un e-mail en croisant plusieurs bases de données radiophoniques.

L'écoute d'un titre ne sera pas brutalement interrompue par un message publicitaire ou couvert par une publicité et encore moins conditionné par l'écoute d'un spot.

La publicité à la radio ne se mélangera pas aux paroles de la chanson du moment. Elle ne changera pas non plus de station à votre insu. Vous n'aurez pas non plus à remplir des questionnaires révélant vos données personnelles afin d'avoir accès à la fréquence de votre choix.

Aucun cookie ne sera installé dans votre poste radio et celui-ci ne pourra pas être pisté grâce à des techniques de fingerprinting qui rendent caduc toutes les initiatives du type « Do Not Track ».

A force de détourner les principes fondamentaux du Web et d'en abuser, les régies publicitaires et leurs clients se sont mis à dos des millions d'internautes.

Il est donc temps de leur répondre non pas par la menace d'hypothétiques sanctions pénales mais en réfléchissant à de nouvelles formes de publicités dans le respect total de la nétiquette, des standards et de la vie privée des internautes.

Guillaume

Auteur : Guillaume

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Vie privée

Vers plus de protection de nos données

Deux annonces sont tombées coup sur coup qui vont dans le sens d'un renforcement de la protection des données personnelles : la gratuité de la liste rouge signant la fin de Pacitel et un renforcement de la loi Informatique et libertés.

Lire la suite

Logotype de l'Afnic, tous droits réservés

Quand l'Afnic fait le jeu des domaineurs

Suite au raté du 9 mars dernier, l'Afnic a libéré 311 noms de domaine courts qui tous ou presque ont été immédiatement déposés par des domaineurs. Explications de ce système.

Lire la suite