La musique numérique à l'heure de l'achat groupé (ou presque)

Logotype RainbowTunes.com

Petit rappel du modèle économique du téléchargement

Avant d'aborder le tout nouveau modèle de l'achat groupé de MP3, intéressons-nous d'abord à celui plus traditionnel (bien qu'encore jeune) de la vente au titre ou d'albums.

Il faut savoir que le prix de gros HT d'un album ou d'un titre MP3 tel que vendu sur catalogue par les majors, agrégateurs ou maisons de disque est généralement identique à son prix de vente TTC, marge du distributeur incluse. Par exemple, une nouveauté sera vendue 1,29 € HT prix catalogue avant remises, quand la plateforme de distribution aura ensuite à le proposer à 0,99 € TTC pour ne pas voir sa clientèle filer tout droit à la concurrence.

Comment donc proposer des tarifs compétitifs dans un marché excessivement fermé ? En jouant sur les volumes : plus vous achèterez (et vendrez...) de titres, plus les remises concédées par vos fournisseurs seront importantes. Faisant donc baisser le prix de gros HT. A cela s'ajoute tout de même d'autres taxes comme celles de la SACEM, la TVA (qui va bientôt augmenter...), la marge du distributeur qui doit bien vivre d'autre chose que de son amour de la musique, etc.

Les très faibles marges réalisées expliquent ainsi les montages fiscaux complexes mis en place par Apple, Amazon ou encore Spotify afin d'augmenter la profitabilité en réduisant le prix de la « matière première » (puisqu'il est impossible d'augmenter le prix de vente, sauf à proposer un produit unique, ce qui est d'ailleurs le positionnement de Qobuz).

Les marges sont meilleures avec les ventes d'albums mais quand on sait que la vente de titres représente 80% des téléchargements sur les plateformes légales en France (sources : SNEP), on se pose des questions sur la viabilité du modèle économique mis en place par les maisons de disque. Je doute donc que vous trouviez sur le sol français un distributeur de musique numérique qui ait déjà passé le cap de la rentabilité. :-(

L'achat groupé de musique

La France a de particulier le fait d'être une terre propice aux modèles économiques novateurs, originaux voire étranges en matière de musique numérique.

Il y a eu Beezik qui a très vite trouvé son public et s'est vu récemment racheté par le groupe Ebuzzing, Moozar, Airtist, Hubluc ou Mioozic, aujourd'hui nous accueillons RainbowTunes et MP3TopDeals qui s'attaquent tous deux au modèle de l'achat groupé et par conséquent au problème du prix et des marges du téléchargement numérique.

logotwitter_reasonably_small.pngRainbowTunes.com n'est pour l'instant pas encore ouvert au public et il est malheureusement possible qu'il n'ouvre jamais ses portes, le projet affichant un « lancement du site prochainement » depuis plusieurs mois. Les comptes Twitter et Facebook ne donnent d'ailleurs plus signe de vie depuis fin janvier.

D'après le billet de NeoSting.net, le site doit proposer des fichiers MP3 en 320 Kbps affichant parfois une réduction de l'ordre de 70%. La vente par lots ne concernera pas seulement la musique mainstream mais devrait aussi s'ouvrir aux artistes indépendants qui ne sont pas forcément à l'honneur sur les plateformes de téléchargement classiques.

Des offres spéciales ou des inédits seront aussi au programme (le billet évoque deux albums + un live inédit de Vampire Weekend pour 9 €). De trois à quatre ventes devraient avoir lieu par semaine. Enfin, il est question d'un lancement d'applications pour smartphones sans plus de précisions sur ce qu'elles apporteront au modèle.

Logotype MP3TopDealsMP3TopDeals est quant à lui bien vivant et a lancé - sauf erreur - sa première offre début février (la société a été créée en décembre 2011).

La mécanique est proche en apparence de celle des Daily Deals inventés par Groupon, à savoir la mise en ligne doublée d'un envoi par e-mail d'une nouvelle offre à un rythme quasi quotidien. L'offre n'est pas limitée dans le temps (malgré la présence d'un compteur...) et n'a pas non plus de seuil minimal ou maximal d'acheteurs.

L'offre est assez variée puisqu'il peut s'agir de musique traditionnelle des Andes, de country, de tubes des années 90, etc. A l'heure où j'écris ce billet, 5 génériques de série TV sont proposés à 1,18 €. Aucune indication n'est donnée sur à la qualité du fichier audio (on suppose qu'il s'agit à chaque fois de MP3...). Il vous faudra donc les acheter afin d'en découvrir le format.

Capture d'écran du site MP3TopDeals

Hélas, afin de bénéficier de tarifs aussi attractifs, n'espérez pas télécharger des originaux. Et c'est là que le modèle adopté par MP3TopDeals montre ses limites : il s'agira généralement de reprises de morceaux connus.

Cela vous rappellera peut-être l'âge d'or des compilations douteuses des années 90 : ces albums censés contenir des musiques de films ou des tubes disco qui n'étaient que d'horribles reprises exécutées au synthétiseur. La grande époque de la musique vendue dans les hypermarchés ! :-)

La formule est ici un peu la même. On ne joue donc pas sur le volume mais sur les droits d'auteur des morceaux commercialisés, contrairement à ce que pourrait laisser supposer le modèle de l'achat groupé.

Un RainbowTunes pas encore lancé, peut-être mort-né et un MP3TopDeals qui ne proposerait que des reprises, on se demande si le « modèle Groupon » (voir mon billet sur le sujet) peut être véritablement adapté à un produit numérique au coût marginal quasi nul et aux marges aussi faibles ?

MAJ au 23 mars : j'ai pris contact par e-mail avec Étienne Vicard de la société Souple, propriétaire du nom de domaine rainbowtunes.com mais je n'ai là non plus pas obtenu de réponse, ce qui ne présage rien de bon pour la suite de ce projet.

Guillaume

Author: Guillaume

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


Aucune annexe



À voir également

Fnac Jukebox, tous droits réservés

Fnac Jukebox, nouvelle offre de streaming audio

Après avoir cédé depuis plus d'un an à Apple le soin de proposer du téléchargement de musique à ses clients, la Fnac a cédé aux sirènes de la mode en lançant il y a quelques semaines son « Jukebox », une offre de streaming audio par abonnement.

Lire la suite

Cover Facebook de Deezer, tous droits réservés

Deezer et ses utilisateurs fantômes

Alors que se tient en ce moment à Cannes le MIDEM où les acteurs du marché de la musique enregistrée se retrouvent et devisent, intéressons-nous à Deezer et plus particulièrement au couple qu'il forme avec Facebook en matière de recrutement de membres.

Lire la suite