Deezer perd encore un peu plus de son autonomie

03166282-photo-logo-deezer.jpg.png

Un succès en trompe-l'œil

Pour Axel Dauchez, qui rappelons-le, a remplacé début janvier le co-fondateur Jonathan Benassaya à la tête de la startup, Orange est le « cheval de Troie » de Deezer et cette limitation un mal nécessaire mais bien négociée car « [il n'était] pas question, comme l’a fait Spotify, de restreindre de manière très contraignante l’accès au catalogue ».

Je vois pourtant dans ces annonces une succession de défaites pour Deezer.

D'abord, Deezer cède 11% de son capital (20% selon certaines sources) afin de sauver les meubles suite à la crise qu'à connu sa direction, qui s'est soldée par le départ d'un des fondateurs. Cet accord - qui lui permet certes d'engranger 500 000 puis 1 million d'abonnés aujourd'hui - lie dorénavant capitalistiquement la société à l'opérateur mais aussi commercialement : sans Orange, pas de croissance du nombre d'abonnés (Orange semble vendre 5 € les abonnements Premium habituellement vendus 10 €, c'est donc la guerre que se livre les FAI qui finance cette croissance). Autant dire que les 11% vont vite se muer en une majorité de fait.

Pris entre deux feux

Ensuite, face aux majors, Deezer est pris entre le marteau et l'enclume, c'est-à-dire le FAI (le grand ennemi de l'industrie du disque qui s'est développé grâce aux abonnements ADSL dopés par le téléchargement « pirate », pour reprendre un discours que l'on entend depuis 10 ans) et les majors, bien décidés à presser le citron du streaming, financé par le capital-risque pour Spotify et Orange pour Deezer (l'opérateur affiche un chiffre d'affaire dix fois supérieur à celui de la musique enregistrée... au niveau mondial !). Le feuilleton rocambolesque de la sortie prochaine de Spotify aux États-Unis, qu'on annonce imminente depuis près de deux ans, n'en est que le reflet.

Deezer est donc dans l'obligation de céder aux revendications des majors, au risque de se rendre encore plus dépendant d'Orange et de ses clients ADSL et mobiles.

Les offres de streaming qui étaient présentées comme la solution anti-piratage l'année dernière auront vite été rattrapées par l'industrie du disque, ouvrant encore un peu plus la porte à des acteurs comme Apple, Google ou Amazon dont la santé financière permettra certainement d'imposer leurs conditions...

Crédit visuel : Deezer via Clubic.com

Guillaume Vialet

Author: Guillaume Vialet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (3)

Takeshi Takeshi ·  07 juin 2011, 17:30

Toujours un plaisir de te lire ^^

Guillaume Guillaume ·  07 juin 2011, 17:39

Toujours un plaisir de te faire plaisir ;-)

Guillaume Guillaume ·  10 juin 2011, 13:45

La situation ne cesse de se dégrader : on apprend en effet qu'Universal Music a porté plainte en référé devant le tribunal de grande instance de Paris pour contrefaçon (Deezer n'aurait plus les droits de diffusion des titres hors abonnement).

Ce qui veut dire qu'un site labellisé Hadopi (PUR) propose de la musique contrefaite et rend complice l'internaute ?

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Fnac Jukebox, tous droits réservés

Fnac Jukebox, nouvelle offre de streaming audio

Après avoir cédé depuis plus d'un an à Apple le soin de proposer du téléchargement de musique à ses clients, la Fnac a cédé aux sirènes de la mode en lançant il y a quelques semaines son « Jukebox », une offre de streaming audio par abonnement.

Lire la suite

Cover Facebook de Deezer, tous droits réservés

Deezer et ses utilisateurs fantômes

Alors que se tient en ce moment à Cannes le MIDEM où les acteurs du marché de la musique enregistrée se retrouvent et devisent, intéressons-nous à Deezer et plus particulièrement au couple qu'il forme avec Facebook en matière de recrutement de membres.

Lire la suite