A propos des nouvelles offres Qobuz

Une nouvelle grille de services

Courtesy www.c4mprod.comQualifiée de « première mondiale », Qobuz a en effet lancé une offre de streaming sur mobiles Apple et Android via une application Desktop au format FLAC 16 bits/44,1 kHz. En clair, l'abonné aura accès à un format audio sans perte (« lossless ») par rapport à une écoute sur CD quand d'autres proposent « seulement » du MP3 en 320 Kbps.

La société française reprend ainsi son cheval de bataille : privilégier et faire payer la qualité plutôt que la quantité et une expérience d'écoute de moindre qualité (la compression MP3 dégradant en effet le son). Ainsi sur Qobuz, le format dit lossless est proposé à un prix supérieur à son équivalent compressé. Il peut arrive qu'un album vendu dans ce format soit quasiment au même prix que son équivalent sur CD.

La nouvelle grille tarifaire, reprise de l'article publié par PC INpact, comprend trois niveaux de service :

  • Basic : streaming sur ordinateur uniquement – MP3 à 320 Kbps à 7 € par mois.
  • Premium : streaming sur ordinateur et mobile (Apple/Android) et « téléchargement illimité » sur Windows/Mac OS X au format MP3 320 Kbps pour 13 € par mois.
  • Haute-Fidélité : streaming sur ordinateur et mobile et « téléchargement illimité » sur Windows/Mac OS X en lossless (16 bits/44 kHz) à 29 € par mois.

L'avenir de la musique selon Qobuz

Sur son blog, Qobuz justifie ces nouveaux services et tarifs dans un argumentaire tenant en trois points :

  1. Les abonnements streaming à 10 € par mois ne peuvent pas faire vivre la filière du disque. Il faut donc augmenter les tarifs afin de pérenniser ce mode de consommation de la musique. Ces tarifs sont pourtant en partie fixés par l'industrie du disque (tout au moins par les majors du disque). Je me rappelle les ambitions d'un Jiwa qui voulait justement « casser » ces prix jugés trop élevés.
  2. La qualité audio proposée par la concurrence n'est pas suffisante et laisserait ainsi à la porte une grande partie des consommateurs, déçus par l'offre légale. L'adoption de ce mode d'accès à la musique pour une majorité de personnes doit, pour Qobuz, passer obligatoirement par une amélioration de la qualité d'écoute.
  3. Il n'y aurait pas de vrai service de musique en ligne ; les acteurs du marché doivent donc se concentrer sur l'essentiel : la musique. Modèles économiques hasardeux, grandes surfaces ou publicité n'ont rien à faire avec la distribution numérique.

Les « abonnements haute-qualité à valeur ajoutée » sont la réponse à ces trois problématiques : prix, qualité, spécificité.

Nouvelles offres

On ne fera pas de commentaire sur le ton très « qobuzien » de leur communiqué de presse que je vous laisse découvrir. ;-)

Du téléchargement « illimité » limité

Tordons déjà le cou à cette formule galvaudée mais toujours à la mode. Le téléchargement « illimité » proposé par Qobuz ne correspond ni plus ni moins qu'à la synchronisation hors ligne des offres Deezer ou Spotify Premium.

Vous n'aurez pas la possibilité de copier vos titres sur votre baladeur ou chaîne Hi-Fi équipée d'un disque dur ou d'une prise USB. L'écoute sera obligatoirement faite depuis un PC ou un Mac équipé du logiciel bientôt fourni par Qobuz. En clair, il s'agit de téléchargements avec DRM ce qui implique que les morceaux « téléchargés » verront leur licence révoquée en fin d'abonnement.

On comprend la tentation pour Qobuz de qualifier de « téléchargement illimité » cette nouvelle fonctionnalité, mais elle aura plutôt comme conséquence de troubler et frustrer le consommateur, comme l'indique déjà la réaction de certains.

Des choix stratégiques de Qobuz

Du streaming en lossless

Les opérateurs télécoms ne sont pas forcément favorables aux applications consommatrices de bande passante. Un article des Échos montre que la tarification, et donc la bande passante et le quota associé, varie fortement d'une offre à l'autre et selon les opérateurs.

L'ARCEP a aussi mis en lumière les différences en matière de couverture et qualité d'accès à la 3G : il y a une différence sensible entre les débits théoriques ou annoncés et la réalité sur le terrain. Pour ma part, depuis mon domicile parisien, mon BlackBerry capte très difficilement le signal 3G (opérateur SFR). :-(

Comment donc se comportera le streaming en lossless, où un débit de 700 Kbps est nécessaire (12 Mo pour un morceau de 2 min 30, et quatre fois plus en 24 bits) sur une connexion mobile 3G dans des conditions réelles ? A cela on pourra rétorquer que le système de cache présent sur l'application mobile permet de télécharger les morceaux de sa playlist et les jouer même en cas d'absence de toute connexion réseau. Il faudra donc privilégier une connexion WiFi sous peine de voir votre quota mensuel fondre comme neige au soleil (une heure de musique FLAC équivaut à environ 250 à 400 Mo).

Mise à jour : en réalité le streaming mobile se fait en MP3 320 Kbps et non pas en FLAC, ce dernier n'étant réservé qu'à un usage fixe, via une application Desktop à installer. En mobilité, Qobuz n'offre donc rien de plus que la concurrence.

Quid aussi du respect de la neutralité du Net en matière de débits pour Orange qui pousse activement l'offre concurrente Deezer vers ses clients ?

Les mélomanes sur smartphones veulent-ils du lossless ?

J'ai toujours du mal à voir l'intérêt du lossless en streaming mobile : un smartphone n'est tout simplement pas la meilleure plateforme d'écoute pour qui accorde une grande importance à la qualité audio. La restitution de la musique sur mobile est souvent desservie par un mauvais chipset ou un casque de piètre qualité. Le mobile est un appareil souvent utilisé dans un environnement bruyant à l'instar du baladeur.

De plus, il est nécessaire de passer soit par son mobile (donc par un jack audio sur Android qui est loin d'être la panacée, ou AirPlay pour l'iPhone) soit par un PC/Mac (DRM oblige) via le Qobuz Desktop pour écouter ses morceaux sur une chaîne Hi-Fi, seule capable de correctement restituer une musique qualité CD. Or Qobuz s'adresse avant tout à la niche des amateurs avertis de musique à la recherche de qualité plutôt que d’exhaustivité. Il y a là, à mon sens, une petite contradiction.

Sans parler du fait que iPhone et autres mobiles Android ne sont pas capables de lire un morceau encodé en 24 bits (bien qu'Apple réfléchisse à passer une partie de son catalogue iTunes Store dans ce format).

Le manque de profondeur du catalogue

Certes, Spotify ne propose qu'une partie de ses titres en MP3 320 Kbps, mais il affiche 15 millions de morceaux au compteur, soit deux fois plus que Qobuz (7,2 millions). Ce dernier botte en touche en arguant que le site opère de lui-même une « sélection » des artistes et albums à la manière d'un disquaire.

Pour autant, les goûts ne devraient pas se discuter. Le disquaire traditionnel avait avant tout à régler la problématique de ses stocks et rayonnages non extensibles, contraintes qui n'existent plus dans le numérique où la partie éditoriale d'un site comme Qobuz est justement là pour orienter le consommateur alors qu'il le laisse à la porte de son service, faute de lui offrir ce qu'il cherche. Certains genres brillent ainsi par leur absence comme les musiques de films.

Qobuz peut-il se permettre de tout sacrifier au nom de la qualité ?

Une tarification élevée

C'est à mon sens le point crucial de cette annonce. Les deux premières offres sont à peu de choses près équivalentes à ce que propose la concurrence incarnée par Deezer et Spotify, mais elles sont facturées ici 30 à 40% plus cher pour une profondeur de catalogue réduite de 47% (Deezer) à 54% (Spotify).

La véritable nouveauté et le fer de lance de Qobuz - qui mise ici tout sur le streaming payant, l'avenir de la musique selon la start-up - réside donc dans la dernière offre dite Haute-Fidélité. L'abonnement bondit à 29 € par mois (prix de lancement) qu'il est possible de réduire à un peu moins de 25 € en souscrivant à l'année.

Qobuz fait donc un double pari : celui que les consommateurs privilégient la qualité sur la quantité/profondeur de catalogue, et que cette qualité justifie un écart de prix de 30% à 40% à produit égal (streaming MP3 en 320 Kbps). Le streaming en qualité Hi-Fi a quant à lui peu de chance de trouver son public compte tenu de son prix prohibitif : 29 € par mois, soit l'équivalent de deux à trois albums CD, ce qui ne doit pas être loin de la consommation moyenne d'un amateur de musique.

Se tromper de cible et d'adversaire ?

Le raisonnement de Qobuz est certes louable mais ne correspond pas d'après moi aux réalités du marché qui n'a cessé de muter ces 10 dernières années. La qualité et le soutien à l'industrie du disque à travers des tarifs plus élevés ne sont pas des arguments à même de changer profondément et massivement les habitudes ou d'attirer les réfractaires au tout numérique, et encore moins les « pirates ».

Les études montrent d'une part que la qualité d'écoute en 320 Kbps sur les supports actuels est considérée comme largement suffisante pour le plus grand nombre. Le prix est ensuite un facteur clé. Il y avait déjà peu de différence entre le prix de vente d'un fichier compressé et son équivalent CD, cette différence disparaît avec le lossless pour un produit (le numérique) qui n'est pas perçu comme émotionnellement et qualitativement identique au Compact Disc.

La profondeur de catalogue est aussi un élément important : un des « avantages » essentiels du téléchargement « pirate » réside dans la richesse de son « offre » et dans la disponibilité de titres ou albums introuvables, car celle-ci s'affranchit de la lourdeur bien réelle des droits d'auteur. Pour acheter en ligne, il faut d'abord trouver ce que l'on cherche. Le client est ensuite fidélisé par la qualité du produit et des services associés, et enfin par les recommandations faites en fonction de ses achats, goûts ou de la ligne éditoriale du site.

Je pense enfin que Qobuz se trompe d'adversaire : les services comme Deezer (véritable bête noire de son P-Dg) et Spotify ne sont pas les vrais adversaires de la société (ni les « supermarchés » de la musique). Le véritable ennemi, c'est bien la contrefaçon qui a depuis longtemps versé dans le lossless.

Faire encore la distinction fin 2011 entre du téléchargement et du streaming et utiliser des DRM montre que la distribution numérique - et avec elle toute l'industrie du disque - a encore quelques années devant elle avant de véritablement proposer une alternative crédible, accessible et compétitive au téléchargement « pirate » et adaptée aux nouveaux modes de consommation de la musique.

Guillaume Vialet

Author: Guillaume Vialet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

jonas jonas ·  01 mars 2012, 23:56

Votre analyse du site Qobuz est un peu embrouillée. D'abord en lisant votre blog je trouve que vous etes du genre assez diificile à satisfaire en général. Détendez-vous, mon vieux. Ca va aller, ce n'est que de la musique, pas besoin de se mettre dans cet état d'insatisfaction permanent ! Ensuite, si je peux me permettre il se trouve que je suis un client iTunes qui a basculé dans Qobuz il y a qq mois. Rendu d'expérience ( un abonnement streamlng en cours à 29 euro par mois et environ 3 ou 4 achats de musique en tres haute qualité chaque mois pour mes oreilles délicates. La qualité de leur offre est tres bonne, je n'ai plus de problemes de repertoirtes et ils ont maintenant des choses (HM) qui ne sont pas ailleurs en streaming et de plus en plus d'exclusivités. La manière dont ils mettent en scène leur offre est assez amusante et surtout tres serieuse - ce qui me permet de découvrir des tas de choses que je ne connaissais pas. Bref ce sont des gens sérieux, qui semblent bosser dur, et quand j'ai eu un soucis technique ils ont été vraiment bien - en passant 3/4 d'heure avec moi un dimanche apres midi. Je n'espère rien de tel avec iTunes dont le son est MAUVAIS. Je reste chez Qobuz et j'en suis tres heureux, et j'ai fait de la pub autour de moi, et mes amis le sont aussi. Mais bon, tous les gouts sont dans la nature, surtout dans la musique, et si d'autres préferent d'autres services c'est tres bien. Du moment que ce n'est pas la dictature d'une seul fournisseur.

Guillaume Guillaume ·  02 mars 2012, 10:17

@Jonas : vous êtes un client satisfait de Qobuz et vous avez bien raison de le dire. Ne vous méprenez pas, je ne critique pas le très bon travail de cette société (française qui plus est !) qui fournit des services qu'aucune autre ne propose encore.

Ces derniers mois, la start-up d'Yves Riesel n'a eu de cesse d'annoncer nouveautés sur nouveautés (contenu du site, nouveaux formats audio, outils d'écoute de plus en plus perfectionnés, etc.). Je suis moi-même abonné à une de ses newsletters, dédiée à la musique de films. Sans parler de sa grande proximité avec ses clients que j'ai pu aussi mettre à l'épreuve et son ADN musicale très forte.

Cependant, ma critique portait plus sur certains choix techniques (comme les DRM) ou éditoriaux en matière de catalogue - je peux vous renvoyer à deux de mes billets à ce sujet (celui-ci et celui-là) où vous verrez pourquoi je ne suis « jamais » content - mais surtout sur le modèle économique de la société.

Qobuz s'adresse à une cible de mélomanes relativement aisés : payer 29 € par mois n'est pas à la portée de tous, d'autant plus lorsque l'on rapporte la valeur de cet abonnement au budget moyen des foyers français consacré à la musique. Mais en soi ce segment de marché leur donne raison : apprécier la musique, c'est s'acheter des SACD, avoir une chaîne HiFi haut de gamme, aménager un espace d'écoute dédié, etc.

Tant mieux s'ils y trouvent le marché et la rentabilité que d'autres peines à atteindre après des années d'activité, mais de mon point de vue, j'en doute fortement.

Les marges sont très faibles dans ce secteur, pour ne pas dire inexistantes ; toutes ces sociétés vivent encore du capital-risque. Qobuz, en arguant (non sans raison) qu'il mise sur la qualité audio et sur la disponibilité de certains catalogues ou artistes que d'autres ne proposeraient pas, notamment en matière de musique classique, a triplé le tarif moyen mobile en streaming. Cette augmentation est aussi justifiée par le fait que les tarifs (imposés par les maisons de disque et pas par les distributeurs qui eux voudraient les réduire) ne peuvent pas faire vivre la filière.

C'est pour l'instant un vœu pieu car nous ne savons pas comment Qobuz répartit la valeur de son abonnement ou des downloads auprès des maisons de disques. En d'autres termes, quelle part est réellement réservée aux artistes sur ces 2, 3 et 19 euros supplémentaires versés par les abonnés en fonction de leur formule ?

Aujourd'hui, Qobuz vit de l'apport financier de la société Abeille Musique et n'est pas encore rentable, comme 100% des acteurs du milieu (je parle des pure players, ce qui exclut Apple qui vend du hardware et pas de la musique, malgré les apparences). Elle a annoncé espérer atteindre l'équilibre d'ici la fin de l'année 2012 notamment grâce à ses formules d'abonnements.

La musique est un marché de masse et de niches. Quid du numérique ? Est-ce que le streaming par abonnement est appelé à se développer massivement ? Dans sa configuration actuelle (Deezer, Spotify) j'en doute fortement essentiellement pour des raisons tarifaires (prix élevés par rapport au service rendu) et structuration du marché (organisation de la filière du disque).

Est-ce qu'une offre haut de gamme comme celle de Qobuz peut atteindre une certaine masse critique et tirer son épingle du jeu ? C'est tout le mal que je leur souhaite. Mais je crains que les acheteurs de maxi-coffrets CD d'Abeille Musique ne se retrouvent pas tous sur Qobuz...

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Fnac Jukebox, tous droits réservés

Fnac Jukebox, nouvelle offre de streaming audio

Après avoir cédé depuis plus d'un an à Apple le soin de proposer du téléchargement de musique à ses clients, la Fnac a cédé aux sirènes de la mode en lançant il y a quelques semaines son « Jukebox », une offre de streaming audio par abonnement.

Lire la suite

Cover Facebook de Deezer, tous droits réservés

Deezer et ses utilisateurs fantômes

Alors que se tient en ce moment à Cannes le MIDEM où les acteurs du marché de la musique enregistrée se retrouvent et devisent, intéressons-nous à Deezer et plus particulièrement au couple qu'il forme avec Facebook en matière de recrutement de membres.

Lire la suite