Rien ne va plus pour SmartDate

Logo du site Smartdate.com, copyright Smartdate

Plus aucune communication n'est effectuée sur les plateformes sociales comme Twitter ou Facebook depuis près de trois mois, les derniers messages datant du 20 septembre.

Sur le forum Les Arnaques, un membre annonçait que « (les) employés semblent depuis un moment invités à quitter la Société ». Les courriers envoyés au siège semblent aussi revenir à leur expéditeur, toujours selon les messages postés sur différents forums.

SmartDate avait réalisé deux levées de fonds : une première de 2 millions d'euros auprès de 360° Capital Partners en février 2010 et une seconde en novembre 2010 de 3,5 millions d'euros via Pierre Kosciusko-Morizet et Pierre Krings, co-fondateurs de PriceMinister.

La start-up ambitionnait de détrôner rapidement son concurrent Meetic en moins de deux ans et avait pour se faire passé le cap des 3 millions de membres en mars 2011 grâce à sa connectivité avec Facebook.

Interviewé par TechCrunch France en février dernier, Marc Simoncini donnait son avis sur ces nouveaux concurrents de Meetic :

La plupart sont (...) voués à l’échec ou à être revendus quelques années plus tard après avoir brûlé beaucoup d’argent de leurs actionnaires.

Aujourd'hui, Fabrice Le Parc qui a fondé une nouvelle société, SquareChic et qui s'est récemment installé aux États-Unis, a cédé les parts qu'il détenait dans la startup (voir FrenchWeb Le Mag n°1). Sur son tumbler, il revient sur les raisons de ce « grand gâchis » et nous livre les enseignements qu'il a pu en retirer.

L'identité du repreneur n'est pas connue ni non plus ce qui sera fait du site SmartDate et de ses millions de membres. La société semble cependant toujours active, ayant récemment noué un partenariat commercial avec DreamLead Interactive, selon son P-Dg.

MAJ au 17 Novembre : les serveurs de SmartDate sont revenus dans la nuit. Fabrice La Parc a publié un tweet indiquant que le site avait été victime d'un hack qu'il aurait corrigé. Dans un autre tweet, FrenchWeb a confirmé son départ de la société. Enfin, selon Alexa, l'audience du site de rencontres enregistrerait une baisse importante de son trafic depuis la fin du mois d'août.

MAJ au 19 Novembre : Fabrice Le Parc m'ayant fait part de sa réaction officielle aux problèmes que connaît SmartDate, je reproduis ici sa déclaration à sa demande :

« Suite à un désaccord global entre actionnaires, Fabrice Le Parc a finalement démissionné de ses fonctions chez Smartdate en octobre. Les autorités compétentes ont décidé de liquider l’entreprise car elle n’est plus managée. Cependant, Fabrice n’a pas coupé le site pour assurer une continuité de service aux abonnés. Il garde la capacité d’effectuer la maintenance du site, et invite les abonnés qui ne souhaitent plus l’être à se désabonner en cliquant sur le lien dans la gestion de leur compte. Sans que rien ne l'y oblige, Fabrice espère pouvoir maintenir le service, le rendre gratuit (auquel cas les abonnés seraient remboursés au prorata) et financer sa maintenance grâce à la publicité. Fabrice Le Parc se consacre désormais à sa nouvelle société, basée aux US, et regrette n’avoir pu résoudre le blocage sur le management de Smartdate. »

Guillaume Vialet

Author: Guillaume Vialet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

Dominique Dominique ·  17 novembre 2011, 02:35

Histoire tres bizarre ! Il aurait revendu toutes ces parts et se targue d'avoir remis le site en ligne il y a quelques heures. J'ai du mal à comprendre. Vivrait-il sur l'argent malhonnète de tous ces plaignants ?

Etienne Etienne ·  17 novembre 2011, 09:09

Ce qu'il y a de plus scandaleux dans l'histoire, c'est que Smartdate continue de débiter ses anciens abonnés (oui, oui, même ceux qui ont résilié leur abonnement) et la seule solution reste de faire changer sa CB ... (plusieurs témoignages sur leur page FB)
C'est juste honteux !!

Fenril Fenril ·  17 novembre 2011, 15:30

Ouais... pas top !

Des rumeurs de certains fonds d'investissement disent que des procédures pénales pourraient etre en-cours pour faux et usage de faux à l'encontre de Fabrice Le Parc, CEO de Smartdate, bizarrement exilé depuis peu à New York...

Certains partenaires (web agencies notamment) ont des impayés depuis plusieurs mois.

Encore un coup porté à l'image de la rencontre en-ligne et aux vrais acteurs qui essayent d'apporter queque chose de nouveau et de vrai !

Guillaume Guillaume ·  18 novembre 2011, 11:30

@Dominique : Fabrice m'a lui-même indiqué que la société avait été rachetée. Son départ est aussi mentionné par FrenchWeb, comme je l'ai écrit. Sur CrunchBase, il est listé comme ex-employé. La dernière édition de cette page date de fin octobre et semble avoir été faite par Fabrice lui-même. Il suffit d'aller sur LinkedIn pour constater qu'il y a eu récemment beaucoup de départs, dont leur CTO après deux années passées chez Smartdate, toujours selon ce site. J'ai écrit à Fabrice afin de lui demander de se prononcer sur la situation de Smartdate, mais je n'ai pas eu de réponse.

@Etienne : Le propos de ce billet n'est pas d'évoquer ou de juger de la qualité des services de Smartdate, merci de vous y abstenir à l'avenir, svp.

@Fenril : J'ai vu passé cette information qui pour l'instant ne doit être prise que pour ce qu'elle est : une rumeur. Mais personne ne répond au numéro de téléphone indiqué sur Smartdate.com.

Etienne Etienne ·  18 novembre 2011, 11:38

Je fais juste part de ma situation qui m'oblige aujourd'hui à changer toutes mes coordonnées bancaire et je pense très clairement que cette situation est scandaleuse.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Vie privée

Vers plus de protection de nos données

Deux annonces sont tombées coup sur coup qui vont dans le sens d'un renforcement de la protection des données personnelles : la gratuité de la liste rouge signant la fin de Pacitel et un renforcement de la loi Informatique et libertés.

Lire la suite

adblock-plus.jpg

Adblock Plus et les régies publicitaires

Billet-réponse au débat qui a opposé Kai Recke, responsable juridique d'Eyeo, éditeur d'Adblock Plus et Cyril Zimmermann, président d'Hi-Media et à l'article écrit par Frédéric Montagnon, fondateur de Secret Media.

Lire la suite