De la qualité des publicités ciblées Facebook

Facebook, le « graal » de la publicité ciblée (sic), se révèle être un véritable dépotoir d'annonces douteuses derrières lesquelles se cache souvent un réseau d'affiliés de programmes marketing tous plus obscurs les uns que les autres.

En déclarant votre statut matrimonial, vous aurez soit une avalanche de publicités pour des sites de rencontres, soit de la publicité pour des sextoys ou de la lingerie ; mais vous serez quoi qu'il arrive pollué par le degré zéro de l'annonce : la photo d'une femme légèrement vêtue, aguichante, un nom de domaine fantaisiste, un texte descriptif d'une platitude extrême.

Qui se cache derrière les annonces de rencontre Facebook ?

Piqué par la curiosité, j'ai effectué ce test purement au hasard, prenant la première publicité affichée dans mon navigateur (non filtré) :

Publicité Facebook pour Amorenlinea.com

Déjà, cet encart (qui utilise probablement une photo volée) est marqué par le sceau du traducteur automatique de l'espagnol vers le français. Le nom de domaine, amorenlinea.com ne laisse pas vraiment de doute sur l'origine de l'annonce.

En effectuant une recherche whois sur ce domaine, nous tombons sur la société australienne 3H Group Pty Ltd. qui indique bien éditer un site de rencontres en espagnol (ainsi qu'Oasis.com/OasisActive). Une autre société australienne, TimeSpace Investments semble être aussi de la partie.

Cependant, un clic sur cette bannière publicitaire vous amènera sur une toute autre page, hébergée à l'adresse singlematch2013.com. Traduite en français, cette page affiche les règles d'usage de ce « service » de rencontres (en réalité une landing page menant à un site sponsor) plutôt curieuses :

Première s'il vous plaît lire nos règles ci-dessous: Doit vivre en France. Doit être plus de 35 ans l'homme. Doit avoir une orientation sexuelle normale.

Vous avez moins de 35 ans et avez une orientation sexuelle « anormale » ? Passez votre chemin, hombre!

Landing-page Erovie

Impossible de connaître l'identité du déposant de ce nom de domaine, bloqué par son registrar enom.com. A noter qu'un autre de ces clichés a été récupéré en toute illégalité sur Flickr.

En cliquant sur le lien (servi par ads4w.com) de cette page qui fait référence à un dénommé « Erovie » (qui n'a plus rien à voir avec le poétique Amor en Linea), nous arrivons sur le site erovie.fr qui nous propose rien de moins que des « rencontres érotiques discrètes ».

Vivez de nouvelles aventures.

Cette société luxembourgeoise représentée par une certaine Laetitia Pateau (qui travaillerait pour le site de rencontres be2 par lequel était passé Fabrice Le Parc avant de fonder Smartdate) est enregistrée sous le nom d'Interdate S.A.

Capture d'écran de la page d'accueil du site erovie.fr

Cette société semble s'être fait une spécialité dans l'arnaque la rencontre en ligne et édite notamment casualdating.fr.

Un montage complexe au service d'une arnaque ?

En résumé, Facebook tolère de la publicité racoleuse poussée par une société australienne (ou une personne se faisant passer pour elle) éditrice d'un site de rencontre pour le marché espagnol auprès des membres masculins français afin d'amener l'internaute sur une page contenant un seul et unique lien sponsorisé au profit d'une société luxembourgeoise de rencontres érotiques, services qui sont pour l'essentiel peuplés de bots, d'arnaqueurs à la nigériane ou de travailleuses du sexe.

Peut-on en déduire que la publicité sur les réseaux sociaux a encore un long chemin devant elle avant d'atteindre le degré de pertinence des AdWords de Google ?

Elle sert pour l'heure les intérêts des spécialistes de l'affiliation et des montages complexes destinés à racketter des internautes naïfs tombés dans les mailles du filet que Facebook aura lui-même tendu à ses membres...

Guillaume

Author: Guillaume

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


Aucune annexe



À voir également

Vie privée

Vers plus de protection de nos données

Deux annonces sont tombées coup sur coup qui vont dans le sens d'un renforcement de la protection des données personnelles : la gratuité de la liste rouge signant la fin de Pacitel et un renforcement de la loi Informatique et libertés.

Lire la suite

adblock-plus.jpg

Adblock Plus et les régies publicitaires

Billet-réponse au débat qui a opposé Kai Recke, responsable juridique d'Eyeo, éditeur d'Adblock Plus et Cyril Zimmermann, président d'Hi-Media et à l'article écrit par Frédéric Montagnon, fondateur de Secret Media.

Lire la suite